__

Elon Musk lance officiellement xAI, son entité dédiée à l’intelligence artificielle

Elon Musk lance officiellement son entité dédiée à l'IA "xAI", et explique ses buts, ses données, et son équipe.

Quelques mois après avoir teasé bruyamment ses volontés de se lancer dans la guerre de l’intelligence artificielle, Elon Musk avance ses pions et dévoile enfin xAI, son but, et son équipe.

Auteur / Autrice :

Elon Musk lève le voile sur xAI, sa propre entreprise dédiée à l’intelligence artificielle

Elon Musk semble en avoir fini avec le concours de taille d’organe avec Marc “Zuck le Cuck” Zuckerberg, aussi connu comme le plus grand plagieur de la Silicon Valley. En fin de matinée à l’heure US, Elon annonçait brièvement que xAI était (enfin) créé (concrètement), pour “comprendre la réalité”.

Une annonce qui s’accompagnait quelques minutes plus tard d’un billet de blog posté sur le site official de x.ai, officialisant “la création de la xAI”. Et expliquant surtout le but de xAI : “L’objectif de xAI est de comprendre la véritable nature de l’univers.” Une noble ambition qui sera développée dans un Spaces Twitter dédié, le vendredi 14 juillet.

xAI a aussi présenté son équipe dirigeante, qui est très très capée : la plupart des membres listés sont passés par des entités prestigieuses de l’IA, comme DeepMind, OpenAI, Google Research, Microsoft Research, Tesla et l’Université de Toronto.

On trouve par exemple :

  • Igor Babuschkin : Plus de trois ans chez Google DeepMind, avant de passer un temps chez OpenAI, puis de retourner brièvement chez DeepMind. Il a travaillé activement sur AlphaStar (l’IA qui jouait à StarCraft, battant des champions humains).
  • Yuhuai (Tony) Wu : Ancien stagiaire de OpenAI puis de DeepMind, il était depuis deux ans chercheur à Stanford et travaillait en parallèle pour Google, après avoir obtenu son doctorat à l’Université de Toronto. Il a aussi travaillé sur AlphaStar chez DeepMind, et sur “OpenAI Baselines” (bibliothèque RL largement adoptée), ou encore sur PaLM-2 (voir).
  • Christian Szegedy : Il sort de douze ans chez Google, y travaillant notamment sur les sujets suivants : Deep Learning, Artificial Intelligence, Computer Vision, Video Analysis, Formal Reasoning. Il est aussi derrière BatchNorm (composant clé de ResNet qui a rendu “l’entraînement” stable).
  • Toby Pohlen : Il sort de plus de six ans chez DeepMind, où il travaillait comme Tech-lead sur un “projet majeur” et autour des LLM (large language models).
  • Jimmy Ba : Il a travaillé activement sur Adam (optimiseur par défaut pour les NN modernes), et Layer Normalization (élément essentiel de Transformer).
  • Zihang Dai : Il a travaillé notamment sur Transformer-XL (ajout de la récurrence pour aller au-delà d’une fenêtre de contexte fixe) et XLNet.
  • Ross Nordeen : Il a passé trois ans chez Palantir Technologies au début de la précédente décennie, et travaille chez Tesla depuis 2020, sur les sujets suivants : supercomputing, machine learning / deep learning infra, platform engineering, kubernetes, storage, data center, dojo.
  • Kyle Kosic : Il sort de plus de deux ans chez OpenAI.
  • Greg Yang : Passé récemment par Microsoft, mais aussi chez Nvidia, Qualcomm, Intel, et (bien sûr) AMD, il a également travaillé un temps pour Google, pendant cinq ans, et chez Apple.
  • Guodong Zhang : Il a achevé son doctorat à l’Université de Toronto en 2022, et est passé par plusieurs stages chez Microsoft, Google Brain et DeepMind.

De belles références, mais surtout de beaux “achievements”, si chers à Musk :

“Collectivement, nous avons contribué à certaines des méthodes les plus utilisées dans le domaine, en particulier Adam optimizer, Batch Normalization, Layer Normalization et la découverte d’exemples contradictoires. Nous avons également introduit des techniques et des analyses innovantes telles que Transformer-XL, Autoformalization, Memorizing Transformer, Batch Size Scaling, et μTransfer. Nous avons travaillé et dirigé le développement de certaines des plus grandes avancées dans le domaine, notamment AlphaStar, AlphaCode, Inception, Minerva, GPT-3.5 et GPT-4.”

Une équipe dirigée directement par Elon Musk, du moins officiellement. L’organigramme n’est pas encore présenté. Jared Birchall, un ancien de Morgan Stanley qui gère en partie la fortune de Elon Musk dans l’ombre, fait aussi partie de l’aventure.

L’équipe est aussi conseillée par Dan Hendrycks, actuellement directeur du “Center for AI Safety”, un organisme devenu célèbre récemment pour son billet alarmiste (aux accents hypocrites : voir notre article).

Quelles données, et quel but ?

Au-delà de l’ambition citée plus haut de comprendre la véritable nature de l’univers, xAI devrait plus raisonnablement se poser en concurrent crédible de OpenAI, Microsoft, Google, ou encore Inflection AI, dans les marchés principaux liés à l’intelligence artificielle. Rappelons à toutes fins utiles que Musk est l’un des co-fondateur de OpenAI, qu’il a totalement quitté par la suite.

Mais surtout, les technologies d’intelligence artificielle que vont développer les équipes de xAI devraient être utilisées dans tout l’écosystème de Elon Musk : dans les véhicules Tesla (déjà très avancées dans ce domaine), dans la recherche autour de SpaceX et StarLink (internet par satellite) et dans celle autour de Neuralink (implants cérébraux destinés à lutter contre certaines pathologies). Mais surtout, les accomplissements de xAI devraient venir équiper les Tesla Bots, ces robots humanoïdes que développe Tesla depuis quelques années (voir).

Et pour développer xAI, les chercheurs vont pouvoir s’appuyer sur les incroyables collections de données à la disposition de Elon Musk : les données multimodales sur Twitter (textes, images, vidéos, statistiques diverses, etc), les données de Tesla, et probablement une partie des données des autres entreprises de Musk… Le communiqué explique : “Nous travaillerons en étroite collaboration avec X (Twitter), Tesla et d’autres entreprises pour progresser vers notre mission.”

Il convient de noter que si xAI est liée en terme de nom à X (ce nom que Elon Musk veut donner au futur Twitter), il s’agit bien d’une “entreprise distincte de X Corp”, le nouveau nom officiel de Twitter.

Comme c’est souvent le cas, cette annonce est aussi une occasion de faire des appels aux candidats, pour recruter massivement : “Nous recrutons activement des ingénieurs et des chercheurs expérimentés pour rejoindre notre équipe en tant que membres de notre personnel technique dans la Bay Area.”

Enfin, fidèle à son côté de plus en plus étrange, Elon Musk a accompagné ce lancement et cette annonce avec des interrogations ouvertes comme : “What are the most fundamental unanswered questions ?”

Elon a d’ailleurs aussi des questions insolubles à résoudre : “Je me demande souvent où commence la conscience, alors que nous passons d’une cellule à ~35 billions de cellules.” L’homme était d’ailleurs dans un mood de confidences intimes, puisqu’il en profite pour expliquer : “Je n’arrête pas de dire aux gens que je suis un extraterrestre, mais personne ne me croit…”